28/03/2008

Une hydrolienne dans l'Odet en Bretagne (Finistère)

Bientôt des éoliennes sous marines au large des côtes bretonnes ?

Depuis plusieurs années, la société HydroHelix cherchait des partenaires pour lancer des tests grandeur nature pour son projet de production d'électricité grâce à la force des courants des marées. En 2005 est né le Consortium Hydrohelix Energie qui regroupe les sociétés Hydrohelix, Sofresid, Dourmap et In vivo Environnement. HydroHelix Energie veut exploiter au large des côtes bretonnes son brevet de turbines en ligne dédiées au captage de l’énergie hydrocinétique des courants marins.

Hydrolienne Sabella

Au cours de l'année 2008, un prototype d'hydrolienne appelé Sabella sera utilisé pour valider la rentabilité technologique du projet. Sabella sera immergée dans l'estuaire de l'Odet au sud de la ville de Quimper au cours du mois de Mars 2008. Sabella sera placée sur des fonds caillouteux au sud de la balise du Coq par 19 mètres de fond.

Le consortium a pris à sa charge 60% des 750.000 euros nécessaires au financement de l'étude. Le Conseil Régional de Bretagne, le Conseil Général du Finistère, les communautés de communes de Brest et de Quimper et l'ADEME ont contribué à financer les 40% restant.

Caractéristiques techniques de l'hydrolienne :


- Diamètre du rotor : 3 mètres
- Hauteur totale : 5,5 mètres
- Poids de l'ensemble de la structure : 7 tonnes
- Vitesse de rotation de 10 à 50 tr/mn selon la vitesse de l'eau
- Puissance développée : 10 à 40 kW
- Vitesse périphérique du rotor 1 à 5m/s

Cette technologie pourrait s'avérer prometteuse en France. Les côtes françaises dont les courants côtiers atteignent souvent une vitesse de 2 mètres par secondes disposeraient selon les experts d'une ressource théorique comprise entre 3 et 5 GigaWatts (Bretagne et Cotentin). De quoi remplacer 3 à 5 tranches de centrales nucléaires.

Les hydroliennes sont moins volumineuses que les éoliennes car la densité de l'eau 800 fois plus élevée que l'air permet un bon rendement dès que l'eau atteint une vitesse de 1,75 m/s. Ainsi une hydrolienne équipée d'un rotor de 10 mètres de diamètre peut développer une puissance de 200 KW.

Les 29 et 30 mars sur le Quai du Commandant L'Herminier à Bénodet le prototype Sabella sera exposé.

Le prototype Sabella D03 sur la quai à Bénodet avant son immersion Lundi 31 mars, a été assemblée par DCNS Brest.

l'hydrolienne Sabella

ENAG Quimper a fabriqué la génératrice électrique. L'énergie sera brûlée sur place dans des résistances.

l'hydrolienne Sabella sur la quai

L'estuaire de l'Odet et la barge qui doit déposer l'hydrolienne au sud de la balise du Coq.

l'estuaire de l'Odet

Si le concept est validé par les essais en mer, une société sera créée pour fabriquer Marénergie, un assemblage de cinq machines 3 fois plus grandes (10 mètres de diamètre) que Sabella D03 et d’une puissance individuelle de 200 kW. Une levée de fond de cinq millions d’euros sera proposé à cet effet aux investisseurs. A terme, 5000 turbines pourraient être installées sur différents sites et fournir trois gigawatts (l'équivalent de 3 tranches de nucléaire) , ce qui correspond à peu près au besoin en électricité d'une région comme la Bretagne. Cette activité générera 6000 emplois à plein temps.

« Après avoir manqué il y a 20 ans le rendez-vous de la filière industrielle de l’éolien, la France ne doit pas rater celle des hydroliennes ». Alors que les financements publics s’engouffrent dans le nucléaire EPR, espérons cette fois-ci que le bon sens l'emportera sur l'idéologie.


Le 16 avril 2009, Sabella le prototype d’hydrolienne sous-marine est sortie de l'eau.


Communiqué de la société SABELLA SAS :

"Avec Sabella D03, l’entreprise a testé un prototype capable de produire actuellement de 10 à 80 kW selon les sites et les vitesses de courant. Les rendements mesurés autorisent le groupe à pouvoir projeter des puissances unitaires de 350 à 500kW avec la génération de machines Sabella D 10, soit pour l’exemple une capacité de production totale de 1,75 à 2,5 MW pour une installation de 5 machines implantées dans les forts courants des sites bretons."

L'hydrolienne expérimentale Sabella D03 est exposé à Brest à OCEANOPOLIS.

Un nouveau modèle appelé Sabella D10, tête de série pré-industrielle sera mis en étude après une levée de fonds estimée à 7 millions d'euros.

Février 2011 : Un site pilote au large de l'île d'Ouessant ?


Après avoir faire ses preuves en 2008 avec la première hydrolienne sous-marine française (la D3), la société Sabella SAS va développer la technologie D10, une machine de 10 mètres de diamètre. Une ferme de démonstration est à l'étude. Pour Jean-François Daviau dirigeant de Sabella, l'ile d'Ouessant pourrait servir de site pilote. L'ile est actuellement alimentée en électricité par des groupes électrogènes couteux. Un système de stockage est même prévu pour lisser la production des hydroliennes. Une machine de la gamme D10 à plein régime pourra alimenter jusqu'à 500 foyers. En décembre 2010, l'Etat à débloqué une aide de 3,5 millions d'euros pour accélérer l'installation d'une première hydrolienne pilote. Le budget nécessaire a été estimé à 10 millions d'euros.


Quel prix pour l'électricité fabriquée par une hydrolienne ?


La société Sabella n'a pas encore publié d'estimation de coût pour la production d'électricité qui sera injectée dans le réseau par les parcs hydroliens.

Pour d''autres projets plus avancés, les coûts de production du kwh, on été estimés, entre 8 et 10 centimes d'euro pour l'utilisation de l'énergie des vagues technologie CETO) et entre 4 et 10 centimes d'euro pour l'énergie cinétique de la mer captée par les hydroliennes placés dans les courants sous-marins.

Ces prix sont inférieurs au prix public de l'électricité en France (11 ct € le KWh). Il faut aussi tenir compte du prix du CO2 évité par ce type de centrale, soit environ 10% du tarif final.


Autres ressources :


Blog de veille sur les technologies d'exploitation des énergies de la mer : http://energiesdelamer.blogspot.com/

Un moteur de voilier réversible en hydrolienne ... Une idée à mettre en application !


L'éolien en France :


Une ferme hydrolienne va être construite par EDF au large de Paimpol (Côtes-d'Armor), dans l'anse de Lesnay à quinze kilomètres de la côte. Le coût de l'installation qui verra le jour en 2011 sera de 20 millions d'euros. La ferme d'hydroliennes sera constituée de trois à six machines installées par 40 mètres de fond, et d’une capacité totale de quatre à six mégawatts. Elle fournira les besoins en électricité de 5000 foyers. (Ouest France mercredi 16 juillet 2008)

12/03/2012
La France se dote d'un Institut dédié à la recherche sur les énergies marines ! FEM

21/03/2012
Éric Besson Ministre de l'industrie annonce une feuille de route pour l’hydrolien.
L’objectif de faire de la France le premier pôle européen des énergies marines renouvelables, avec de nouvelles filières industrielles à forte valeur ajoutée, compétitives à l’exportation et qui peuvent générer des dizaines de milliers d’emplois.

Des investissements de 40 millions d'euros pour financer 5 projets technologiques :
  • Eolien offshore flottant : Winflo en Bretagne et Vertiwind en PACA
  • Hydroliennes : Orca et Sabella-D10
  • Energie de la houle : "S3" centrale houlomotrice de SBM Offshore

21 commentaires:

  1. Anonyme27/11/08

    Super l'hydrolienne de l'Odet .. Merci pour les photos !!

    RépondreSupprimer
  2. Anonyme16/2/09

    ui c'est super genial

    RépondreSupprimer
  3. Anonyme12/5/09

    Des hydroliennes ! Voilà qui pourrait permettre d'utiliser intelligemment les courants marins.
    La région Bretagne avec son littoral ne doit pas rater cette révolution énergétique qui permettrait de créer des emplois locaux et qui éviteraient aussi de dénaturer nos paysages avec des éoliennes de 100 mètres de haut et dont la rentabilité est loin d'être démontrée dans la mesure où à l'intérieur des terres le potentiel éolien est moindre qu'en bordure littorale. Et pour des raisons touristiques et environnementales, on imagine guère mettre ces aérogénérateurs de grande taille, on n'imagine pas non plus saupoudré le territoire avec ces installations industrielles qui dénaturent nos cadres de vie, aussi c'est avec la plus grande impatience que nous attendons l'implantation des HYDROLIENNES au large de nos côtes là où les courants le permettront? C'EST LA SOLUTION inespérée que nous sommes nombreux à attendre !!

    RépondreSupprimer
  4. Anonyme18/9/09

    quoi ? vous trouvez ça bien les hydroliennes ? ça va detruire les les courants marin ! la pertes des espèces rares de poissons.
    sa va etre la fin du monde !!!!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anonyme20/3/12

      C'est donner beaucoup d'importance à ces machines. Bien sûr, c'est fabuleux de pouvoir tirer de l'électricité "propre" de ces hydroliennes, mais quant à fausser les courants marins, c'est infinitésimal par rapport à l'immensité de la mer, à la puissance de ses courants L'incidence sur les poissons a été étudiée et elle est minime aussi, contraiement à toutes les pollutions chimiques qui s'y déversent depuis des dizaines d'années.

      Supprimer
    2. Anonyme20/3/12

      C'est exact. La faible vitesse de rotation des pales de l'hydrolienne permet aux poissons et même à un plongeur de les traverser sans dommage. Quant à modifier les courants ... Je n'y crois vraiment pas.

      Supprimer
    3. Anonyme3/7/13

      Des études menées dans ce domaine ont permises de comprendre que les hydroliennes ont un rendement optimal dans des zones où la vitesse de l'eau est superieur ou égale à 2 m/s. Condition qui n'est pas favorable à la faune et à la flore. Donc les hydroliennes ne seraient pas des grands destructeurs de la faune ou de l'écosysteme, surtout comparer à d'autres sources d'énergie.

      Supprimer
    4. Une chose qui ne disparaîtra jamais c'est la bêtise... :)Posez des questions avant de faire des réponses, c'est une meilleure démarche... Depuis 2008 le courant de l'Odet n'a pas disparu... :D

      Supprimer
  5. Anonyme23/9/09

    c'est super mega cool les hydroliennes

    RépondreSupprimer
  6. Anonyme23/9/09

    A priori les hydroliennes ne doivent pas porter atteinte à l'environnement marin. Elle sont posées au sol .. c'est pas comme les chaluts de pêche qui raclent les fonds et arrachent tout sur des kilomètres ... Faut juste faire attention aux postes de raccordement sur terre. Que ca ne soit pas l'occasion de bétonner encore un peu plus le littoral !

    RépondreSupprimer
  7. Anonyme19/11/09

    c'est bon le poisson!!!

    RépondreSupprimer
  8. Anonyme23/11/09

    Mais ces hydroliennes sont-elles énergiquement rentables? merci d'avance.

    RépondreSupprimer
  9. le plus problématique et que pour acheminer le courant il faut des câbles jusqu'à la terre ferme et qu'il y a des pertes.Mais sinon les marées et courants sont connus et l'énergie fournit est suffisante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anonyme23/3/12

      Pour le transport de l'énergie, on utilisera le courant continu plutôt que l'alternatif. A l'avenir de nombreuses lignes électriques de longues distances seront remplace par des lignes en courant continu.

      Supprimer
  10. je pense que les hydroliennes sont un très bon moyen de nous apporter de l'énergie car les courant marins sont inépuisables et toujours très constant en intensité.
    J'aurais voulu savoir si quelqu’un connaissait le rendement d'une hydrolienne?
    Merci d'avance

    RépondreSupprimer
  11. Anonyme13/1/11

    En france on pourrai produire 14 tWh/ans ce qui n'est pas négligeable ;)

    RépondreSupprimer
  12. Anonyme1/7/11

    Bonjour,
    Intéressant ces Hydroliennes, surtout en Bretagne, Et spécialement dans le Morbihan, avec les courants de marée et de vidange des Rias(Etel,...) et du Golfe du Morbihan.
    Espère que ces projets réussiront.
    Emmanuel Quélennec

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anonyme26/3/12

      Et bien oui ... Le nucléaire est-il rentable ? Je pense que non, car le cout actuel du KWH nucléaire ne tient pas compte du prix du démantèlement des réacteurs et de l'élimination des déchets. Donc face à un nucléaire qui vit à crédit sur le dos des générations futures, il est difficile de faire moins cher.. et tant que cette imposture franco-française continuera, il sera difficile de faire autre chose que du nucléaire en France... si non, pour répondre plus précisément, l'énergie électrique produite par une hydrolienne est plus que celle des éoliennes mais moins chère que celle produite par les centrales à biomasse. Disons environ 9 centimes d'euros le KWH pou run prix public de 12 cts€. Mais cette technologie est balbutiantes et probablement que le cout sera optimisé rapidement.

      Supprimer
  13. Anonyme6/11/11

    les hydroliennes peuvent en effet s'avérer tres utile de plus que ce n'est pas aussi polluant que l'énergie nucléaire meme si cette derniere et une grande source d'énergie pour la france.

    RépondreSupprimer
  14. Anonyme26/3/12

    Le groupe de construction navale DCNS (Direction des Constructions navales Systèmes et Services) va se diversifier en 2012 dans l'énergie marine et va installer à Cherbourg (Manche) une usine de fabrication d'hydroliennes. Ce qui devrait créer un millier d'emplois.

    RépondreSupprimer
  15. Anonyme26/3/12

    Enfin du nouveau pour les hydroliennes :

    Le Ministre de l'Industrie Eric Besson a souligné que toutes les conditions étaient désormais réunies pour faire émerger une deuxième filière industrielle française des énergies marines renouvelables, avec les hydroliennes sous-marines. Il a présenté une feuille de route pour y parvenir :

    - d’ici la fin avril, le Ministère chargé de l’Energie publiera une demande d’information en vue d’exploiter le potentiel français du Raz Blanchard, qui constitue en Manche le deuxième gisement hydrolien d’Europe. Cette démarche permettra aux industriels et aux énergéticiens de proposer des solutions techniques et des schémas financiers. Elle s’accompagnera d’un travail des services de l’Etat pour préparer, avec l’ensemble des acteurs, la définition des zones possibles d’installation des hydroliennes. Les résultats de la demande d’information devront être disponibles avant fin 2012 ;

    - d’ici la fin de l’année, Réseau de Transport d’Electricité (RTE) précisera les conditions dans lesquelles les champs d’hydroliennes du Raz Blanchard pourront être raccordés au réseau national d’électricité. Cette mission tiendra compte de l’accord en vue de développer une interconnexion sous-marine entre l’Angleterre, l’île anglo-normande d’Alderney et la France, signé le 17 février à Paris, à l’occasion du sommet franco-britannique. Cet accord entre RTE, Alderney Renewable Energy et Transmission Capital porte précisément sur l’évacuation de l’électricité produite par les courants marins du Raz Blanchard ;

    - l’objectif est d’être ainsi en mesure de lancer avant deux ans un appel d’offres commercial du type de l’éolien offshore.

    RépondreSupprimer