03/08/2007

Eolienne - La rentabilité des éoliennes

La rentabilité d'une éolienne dépend de son rendement, de exposition au vent, de son prix d'achat, de son mode de financement et de son coût d'exploitation ! L'énergie qu'une éolienne capte dans le vent est proportionnelle à la surface balayée par les pales et au cube de la vitesse du vent.

Plus la puissance d'un éolienne est importante, plus son prix au MW est faible.
Plus le mat d'une éolienne est haut, plus important est l'énergie captée dans le vent.

Ainsi l'éolien industriel, qui utilise des machines dont la puissance peut atteindre 6 MW, produit de l'électricité à un prix beaucoup plus avantageux que les petites éoliennes utilisées par les particuliers.

surface balayée x cube de la vitesse du vent x disponibilité

Les coûts sont l'amortissement du prix d'achat + la maintenance + les pannes + l'assurance + les taxes.

L'élément le plus important est la vitesse du vent. Ainsi sur un site qui est balayé par des vents dont la vitesse moyenne est de 8 mètres par seconde, l'énergie captée par l'éolienne sera 2,4 fois plus importante que pour des vents moyens de 6 m/s. L'éolien industriel est plus rentable que le petit éolien domestique, du fait de la hauteur du mat et de la taille du rotor, les grosses éoliennes affichent généralement un retour sur investissement au bout d'une dizaine d'année. La vitesse du vent varie fortement avec la hauteur au-dessus de sol.

Le modèle économique d'un parc éolien



Une ferme type de 10MW en France :

· L'investissement total est de 13 millions d'euros dont 11 millions d'euros est financés par de la dette sur 15 ans à 5% et 2 millions d'apport en capital. La visibilité et la récurrence des revenus sur 15 ans d'une ferme éolienne permettent de financer un projet éolien avec un endettement de 85% et un faible apport en capital (15%).

· Le chiffre d'affaires annuel est de 2,05 millions d'euros ("load factor" 25% soit 2200 heures à pleine puissance par année). Un contrat de 15 ans est signé avec EDF pour le rachat de tous les MWh produits, à un prix initial de 82€ le MWh.

· La marge d'Ebitda est de 78% soit 1,6 millions d'euros par an. L'Ebitda (Earnings Before Interest, Taxes, Depreciation and Amortization) représente la capacité à créer de la valeur. L'Ebitda est le chiffre d'affaire auquel on retire les achats, les charges de personnel et les taxes (hors impôt sur les bénéfices). Le bénéfice net (une fois déduis les amortissements de crédits et l'impôt) doit se situer autour de 15% du chiffres pendant les 15 premières années de fonctionnement. Ensuite, l'électricité sera vendue au prix du marché (55 euros en 2007) mais les charges d'amortissement seront nulles. La visibilité sur 15 ans permet d'investir sans risque dans le secteur éolien. La forte croissance de la demande mondiale en énergie qui entraîne actuellement une augmentation des tarifs de l'ordre de 10% par an, pourrait même assurer une forte rentabilité des parcs éoliens avant même la fin de la période des contrats subventionnés si le prix du marché venait à dépasser le prix minimum garanti.

source

Fichier Excel simulant la rentabilité sur 16 ans pour 2 éoliennes WinWind de 1.2 MW Innovent XLS

Autre dossier très complet sur le montage d'un projet éolien

L'étude vient du Danemark et date de 2003. Il faut noter que les nouvelles générations d'éoliennes (1,5 à 3MW de puissance) captent mieux le vent, et qu'elles ont donc un meilleur rendement. De plus le prix d'achat et les couts de maintenance au MW ont diminués.

Selon divers bureaux d'études, la rentabilité sur 20 ans des parcs éoliens se situerait entre 10% et 20% pour une exposition au vent assurant une production située dans une fourchette équivalent à 2200/3400H de fonctionnement à la puissance nominale.

The Windpower

Cout de production du MW.H éolien : Les éoliennes modernes de grande tailles équipée de pales dont le pouvoir d'appui sur le vent s'est grandement amélioré produisent un MWH dont le prix est évalué entre 55 et 65 euros, en fonction des conditions de vent. C'est le prix du MWH fourni par les centrales charbon.

En 2007, l'Union européenne a lancé le projet RELIAWIND qui met au défit l'ensemble des acteurs de l'éolien de produire de l'électricité à partir de la force du vent au prix de 0.04 €/kw. Ce chiffre est a comparé au prix de l'électricité d'origine nucléaire situé dans une fourchette comprise entre 50 et 65 euros (Source Areva 2009).

Précisions en provenance du CRE (16 octobre 2008 - loi de programmation budgétaire 2009 ) :

La rentabilité des projets éoliens est souvent critiquée au point d’être décrite comme une véritable rente. En réalité, la forte rentabilité de ces projets semble largement gommée par la hausse de leurs coûts. En 2006, la commission de régulation de l’énergie (CRE) avait formulé un avis négatif sur le tarif proposé, la rentabilité variant de 11 à 45 % selon les hypothèses. Depuis lors, le coût de production de l’éolien se rapproche sensiblement du tarif de rachat, en raison de la hausse du coût de fabrication des éoliennes et de leurs coûts d’installation.

Selon la Commission de régulation de l’énergie (CRE), le coût de production de référence récemment déterminé par le MEEDDAT serait de 75 euros/MWh, pour un tarif moyen de rachat de l’électricité éolienne de 84 euros/MWh en 2007.


note : Selon le rapport du CAS - Le pari de l'éolien publié en Novembre 2009, le cout total de production d'un MW.H éolien industriel en France serait selon les installation compris dans une fourchette de 44 et 69 euros.

La fiscalité des parcs éoliens :


Les éoliennes créent de l'emploi local mais assure également des retombées financières importante sur les communes qui accueillent ce type d'installations. Chaque parc éolien est une société indépendante souvent filiale d'une maison mère qui en est le propriétaire. Jean-Louis Borloo, ministre de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de l'Aménagement du territoire a précisé le mode d'imposition des éoliennes en réponse à une question du député de Lozère, Pierre Morel-A-L'Huissier.

Les impôts perçus par les communes ou les communautés de communes sont la taxe professionnelle et la taxe foncière.

1. La taxe foncière sur les propriétés bâties s'applique au socle et au mat de l'éolienne. Environ 25 M2 par éolienne.

2 . La taxe professionnelle est calculée sur la valeur de l'éolienne.

A titre d'exemple, l'Ademe indique que l'exploitant d'une éolienne d'une puissance de 1 Mégawatt reverse chaque années environ 6000 euros de taxe professionnelle. Les communes riveraines peuvent également bénéficier de la taxe professionnelle induite, ainsi que les communes qui peuvent subir des nuisances environnementales.

Projet de suppression de la taxe professionnelle pour 2010 :
80 % de la taxe professionnelle seraient supprimés en 2010 : la part de l’investissement et la part de valeur ajoutée, la part foncière de la TP restera taxée. Dès 2009, les sociétés de l'économie verte pourraient bénéficier de la suppression de la taxe pro.

Voir aussi : Les progrès de l'éolien et les tarifs aidés dans l'Union européenne.

Une éolienne deux fois moins cher : http://eolprocess.com/ ?

le Démantèlement des éoliennes :


Tout exploitant d’éoliennes est responsable de leur démantèlement (article L. 553‑3 du code de l’environnement). Il doit au cours de l’exploitation, constituer les garanties financières pour assurer le démontage des installations et de la remise en état du site. Les garanties financières doivent être constituées dès le début de la construction pour les installations situées sur le domaine public maritime.

Les coûts ne seraient pas significatifs (de l’ordre de 30 à 40 K€ par mat, montants constatés en France et en Allemagne), et restent d’un niveau inférieur ou égal au montant qui résulterait du démontage. La revente des métariaux permettrait ainsi de financer le démantèlement.

Etude du CRE sur la rentabilité des parcs éoliens situés en France métropolitaine :


La comparaison, en 2015, du scénario « EnR haut » élaboré par RTE, qui correspond à un développement de l’éolien à hauteur de 17 GW (13 GW sur terre et 4 GW en mer) , avec le scénario « de référence » permet de déterminer que chaque unité d’électricité renouvelable supplémentaire produite se substitue approximativement pour un tiers à de l’électricité produite à partir d’énergie nucléaire, pour un autre tiers à de l’électricité produite à partir de combustibles fossiles et, pour le dernier tiers, augmente les exportations.Les scénarios établis par RTE à l’horizon 2015 permettent d’évaluer la réduction des émissions de CO2 imputables à l’éolien à environ 7,0 Mt (soit environ 176 g de CO2 évité par kilowattheure produit). L’ADEME indique que, en 2008, l’électricité éolienne se substitue pour 75 % à de l’électricité produite à partir d’énergies fossiles. Sur cette base, les émissions évitées en France par l’éolien sont estimées à 300 g de CO2 par kilowattheure. Ces chiffres sont établis pour 2008 et ne peuvent être directement comparés aux résultats issus de l’analyse de la CRE, établis à l’horizon 2015.

Il ressort des calculs que pour une centrale éolienne implantée en France métropolitaine, fonctionnant avec un taux de charge de 2000 h/an, la rentabilité des projets est moyenne, voire faible. Dans ces conditions, seuls
les projets dont les coûts sont bien maîtrisés généreraient une rentabilité suffisante.

Pour une installation fonctionnant 2200 h/an, les rentabilités sont en ligne, voire supérieures aux rentabilités attendues par les investisseurs. Ces projets devraient trouver des financements dans le cadre des hypothèses de
coûts retenues, et même dans le cas d’une augmentation modérée de celles-ci.

Pour une installation fonctionnant 2400 h/an et plus, les rentabilités dégagées sont très supérieures à celles requises par les investisseurs. Pour ces projets, la CRE se prononce en faveur d’une dégressivité du tarif plus importante, de nature à diminuer la rémunération.

L'Avis du CRE (filiale d'EDF).

L'éolien aurait un surcout de 30% à 50% par rapport au nucléaire


Le 13 Mars 2009, dans le magazine la Tribune, Pierre Gadonneix, PDG d'EDF, a déclaré : L'éolien grâce à sa technologie parvenue à maturité ne représente plus aujourd'hui qu'un surcoût de 30 % à 50 % par rapport à l'électricité d'origine nucléaire" .. "ce n'est pas les cas du solaire qui est encore cinq à huit fois plus cher que le nucléaire."

Note : Selon plusieurs études publiées au début de l'année 2010, le MWh. éolien à un cout moyen de production inférieur d'au moins 30% au MW.h nucléaire lorsque l'on prend en compte pour le nucléaire des couts de construction actuels...

Pour conclure :

D'un point de vue économique et social, l'énergie éolienne est avec l'hydroélectricité la forme de production d'électricité la plus écologique et la plus rentable. Moins chère à produire, que l'électricité issue de la biomasse et six fois moins chère que l'électricité fournie par les panneaux photovoltaïques, l'éolien est aussi une énergie décentralisée qui crée beaucoup plus d'emplois que le nucléaire. Avec un cout de revient annoncé à 55 euros le MW.h, l'électricité fournie par le réacteur nucléaire EPR de Flamanville est dorénavant concurrencée par les parcs éoliens dont le taux de charge dépasse les 3000 heures par an !

Le modèle économique éolien par EWEA.

14 commentaires:

  1. Anonyme5/8/08

    Oui les éolienne sont de plus en plus rentables car l'énergie qu'elles utilisent est gratuite : le vent ! Vous annonciez le prix de l'énergie sur le marché mondial à 55 euros le MWH en 2007 et bien, il est a 65 euros un an plus tard !! On estime d'ailleurs qu'a ce niveau l'éolien pourrait survivre sans subvention, mais ne ferait pas encore de bénéfice ce qui ralentirait fortement les investissements privés dans le secteur. Dans les pays émergents, la main d'eouvre moins chère et l'absence de taxe et impot sur les parcs éoliens les rend déjà aussi attractatifs que les centrales charbon.

    RépondreSupprimer
  2. Anonyme3/9/08

    par exemple une ferme de 30MW a un cout de fabrication de 41M, elle se vend 48M€ ce qui génère un EBITDA de 6M€. L'exploitation de la même ferme éolienne de 30MW génère un EBITDA de 4,5M€ récurent pendant 20ans.

    RépondreSupprimer
  3. Anonyme5/12/08

    Au dernières nouvelles, Le cout de l'électricité nucléaire produite par l'EPR de Flamanville sera de 56 euros le Mw.h ... L'éolien ayant un cout situé en 50 et 70 euros (selon le taux de charge) on peut se demander s'il est normal de continuer à développer en France une filière aussi dangereuse que le nucléaire !

    RépondreSupprimer
  4. Anonyme27/11/09

    Oui il faut developper l'énergie éolienne , mais elle ne pourra pas garantir une production de base c'est a dire réguliére comme les centrales utilisant les combustibles fossiles , donc :
    oui aux économies d'énergie
    Oui aux éoliennes
    Oui aux energies alternatives renouvelables
    oui aux centrales à gaz & nucléaires
    Reste a définir la puissance installée pour chacune .

    RépondreSupprimer
  5. Anonyme28/11/09

    que se passe t'il le jour ou il n'y a pas de vent? Combien d'eoliennes pour faire demarrer un TGV ? tout cela depens des subventions que l'on donnent.
    Il est vrais que le nucléaire est dangereux, c'est en l'utilisant que l'on peut espere neutralise les dechets

    les vehicules automobiles sont très dangereux, et pourtant ont en fait toufours

    RépondreSupprimer
  6. Anonyme20/11/10

    Combien d'éoliennes faut-il pour remplacer le parc nucléaire ? Une éolienne tout les km² ! Et là, plus personne n'en veut ! Et quand il fait froid, il n'y a jamais de vent ! alors dans ce cas, aucune éolienne ne produit d'électricité! Que fait-on ? Qui compense aujourd'hui le coût de l'énergie verte?
    Il y a beaucoup à réfléchir avant de condamner le nucléaire... L'être humain égoïste aime le confort et le luxe et n'est pas prêt à vivre à 100% écolo !!! Sauf quand on en parle ou quand il y pense !!!!
    Ecolo pour les autres...........

    RépondreSupprimer
  7. Anonyme17/2/11

    les éoliennes, quelles élégances
    Elles ont d'une laideur rare, et je pense que sur le plan rendement, inefficace, il faut tenir compte de l'énergie mise en oeuvre (implantation, fabrication, prise sur les terres agricoles, d'où la baisse de production pour nourrir les hommes,inefficacité du stockage de l'énergie, rachat surcoté du Kwh, et j'en passe.....
    Il suffit de traverser la France et de les découvrir (pollution visuelle...)
    Sur le plan financier , tout le monde se gave...
    En résumé, ça frôle l'arnaque, dans un contexte écolo bobo, qui les défendent, mais loin de chez eux !

    RépondreSupprimer
  8. Anonyme22/2/11

    Non, je ne trouve pas que les éoliennes soient laides. Et elle sont bien moins nuisibles pour les paysages que les lignes THT par exemple qui parcourent plus de 100.000 km en France. Quand il n'y a pas de vent l'hiver, il fait souvent froid mais c'est lorsqu'il y a du vent que le refroidissement éolien entraînent la plus forte consommation d'électricité ! Il ne faut pas raisonner simplement en terme de puissance installé. Quand une éolienne ne fonctionne pas, elle ne s'use pas, et ne consomme rien ... Alors une autre source d'énergie qui consomme des matières premières (biomasse, uranium, pétrole, charbon...) va lui être substitué et quand le vent revient , et bien c'est tout bénéf ... C'est l'éolien qui se substitue aux centrales polluantes. D'autre part, l'éolien a très peu d'emprise au sol, ce qui permet aux agriculteurs de continuer à travailler leurs terres sous les éoliennes !!

    RépondreSupprimer
  9. Anonyme25/3/11

    Exact.

    J'ajouterais que certes, il faudrait un parc éolien monstrueux pour substituer la puissance du parc nucléaire, mais c'est sans compter les réduction de consommations d'énergie. Toutes les nouvelles constructions sont sensée être basse consommation, il me semble.

    Je compare par rapport à l'Allemagne, où ils construisent des maisons où quand le chauffage est TIÈDE on crève de chaud à cause de l'isolation thermique !

    Ce n'est pas tout d'augmenter la production, peut-être pourrait-on garder le même confort de vie en améliorant les systèmes actuels pour qu'ils consomment moins.

    Enfin, pour les productions intermittents, un bon moyen de lisser la production est de passer par des unités de stockage (STEP, ou CAES, par exemple : http://fr.wikipedia.org/wiki/Pompage-turbinage et http://en.wikipedia.org/wiki/Compressed_air_energy_storage). C'est à prendre aussi en compte pour le photovoltaïque, d'ailleurs.

    RépondreSupprimer
  10. Anonyme6/9/11

    Quand on parle d'éoliennes on oublie toujours une chose essentielle. Les premières ont été érigées dans le endroits le plus ventés, les cotes Nord est et la Languedoc Roussillon. Ensuite il faut être clair, plus on en construira moins elles fabriqueront de courant car elles seront de plus en plus bâties sur des terrains de moins en moins ventés donc le rendement national chutera et ceux qui voient le pays couverts de 10 à 20.000 éoliennes sont de doux rêveurs. Il en est de même avec le photovoltaîque que la sottise de ceux qui nous gouvernent et de leurs "conseillers" laissent se développer sous prétexte de créer des emplois avec des matériaux importés de Chine.Heureusement le nombre d'éoliennes n'atteindra jamais le nombre de farceurs écologistes. Heureusement il y a de plus en plus de pétrole, de charbon et de gaz mais ils ne vous le disent pas et maintiennent le prix du baril bien au dessus de son coût réel car c'est une assiette de taxes irremplaçable et surtout pour la France qui serait à l'agonie totale si "les professionnels" n'entretenaient pas un coût élevé

    RépondreSupprimer
  11. Anonyme2/4/12

    moi je pense quon devrait tout se voir utiliser les energies BDS en 2012!!

    RépondreSupprimer
  12. Oui, bien sur, pourquoi pas le nucléaire..., même s'il est un danger certain pour tous les humains, même si nous ne savons pas encore au mettre les déchets, nous ne savons pas non plus arrêter une centrale, comme nous ne somme pas sur de se procurer de l’uranium sans éviter la surenchère, voir malheureusement la guerre. Dans ces conditions, comment peut-on établir un coût et surtout, laisser libre cours à des semblables dangers !!!

    Nous pourrions avancer les mêmes arguments pour le pétrole et à terme pour le charbon et le bois.

    D'autres solutions plus fiables et moins coûteuses, moins polluantes, bien plus abondantes existent ou sont à mettre au point. La nature est riche et généreuse. Les biens naturels sont diffus mais la nature nous les offre. A nous de les exploiter sans générer de frais supplémentaires.

    Il faut d'abord que l’État et les gouvernements s'identifient pour que l'on puisse savoir si les gouvernant gouvernent ou s'ils sont gouvernés.

    Si les gouvernants gouvernent il doivent attribuer plus de crédit recherche aux laboratoire Publiques et aux petites et moyennes entreprises et, s'il veulent sauver l'Europe, nous disons que les vrais économies nous ne les trouverons pas en exploitant le terroir des pauvres, nous les trouvons plus simplement et bien plus équitablement en donnant du travail à nos chômeurs.

    Les 20millions de chômeurs Européen coûtent 1.000 fois 20 millions. Si les chômeurs se transforment en 20 millions de travailleurs il génèrent 7.000 fois 20 millions de PIB

    Soit 140 Milliards

    Tout en conservant les bénéfices des nouveaux travailleurs il reste les 20 Milliards non dépensés par l'assurance chômage pour financer la recherche.

    RépondreSupprimer
  13. Faites installer une éolienne à axe verticale sur le faîtage de votre maison pour une production propre et mixé avec une installation photovoltaîque hybride,ventilé et repris par une PAC réversible.Vous aurez préalablement demandé le contrat EDF/Bleu,blanc,rouge.Prendre un thermicien pour négocier les produits et les crédits d'impôts sur le matériel seulement, faire les calculs de production revendu à EDF/solaire avec le surplus pour votre consommation en période la plus chère.

    RépondreSupprimer
  14. Anonyme6/12/13

    il n'y a pas que le nucléaire qui pèse en France ! Les principales énergies utilisées sont encore et toujours, le gaz, le pétrole et le charbon !!! Tous les trois loin devant le parc nucléaire... A lui seul le charbon tue chaque année 300.000 personnes !!! Combien pour le nucléaire ? Soyons sérieux ! Quand on parle d'Eolien on ne parle que de rentabilité économique !!!! Mais jamais de rentabilité production... pourquoi ? Parce que la faible production est racheté bien plus cher que ce qu'elle devrait !!! Une éolienne ne produit que 23% de ce qu'elle pourrait potentiellement fournir. Il y a 8760 heures par an et en moyenne elle ne fonctionne que 2000 heures !!! Le nucléaire quand à lui pour un de matière consommé (potentiel initial) produit 80 % !!! Soit 57 % de plus.... il n'y a donc pas mieux. Nous devons continuer à développer un nucléaire toujours plus propre et réfléchir avant de conduire à des investissements lourd de dizaine de million d'euros... et se contenter de 23% de rentabilité productive... pas financière car ce n'est pas le sujet... en effet que se passe t-il si EDF ne rachète plus le courant ?

    RépondreSupprimer